Les Conservatoire et Jardin botaniques de la ville de Genève sont un musée et une institution de Genève.

L’esprit naturaliste du XVIII siècle a permis à Augustin Pyrame de Candolle de fonder le premier grand jardin botanique de Genève dans l’actuel parc des Bastions en 1817.

Depuis 1904 les Conservatoire et jardin botaniques occupent un espace de 28 hectares proche du lac et du parc de l'ONU. Il offre un cadre idéal à la promenade comme à la connaissance et propose des ateliers et visites guidées.

Le jardin botanique comprend une collection vivante de 14'000 espèces de 249 familles différentes provenant du monde entier, ainsi qu'un herbier historique de près de 6 millions d'échantillons botaniques.

Ce véritable musée vivant est divisé en plusieurs secteurs : un arboretum, les rocailles et le massif des plantes protégées, les plantes officinales et utilitaires, les serres, les plantes horticoles (dont un « jardin des senteurs et du toucher »), un parc animalier voué à la conservation, et le Botanicum (un espace famille) près du lac.

L'ensemble du jardin, incluant les serres, les bibliothèques et collections, ainsi que les deux maisons de maître « Le Chêne » et « La Console » sont inscrits comme biens culturels suisses d'importance nationale.

Depuis le 1er janvier 2015, sous l'impulsion du jardinier chef Nicolas Freyre et du directeur Pierre-André Loizeau, les Conservatoire et Jardin botaniques sont devenus 100% biologiques et réponds ainsi aux critères de Bio Suisse, ce qui en fait le premier jardin de collectivité publique en Suisse qui respecte formellement les normes de Bio Suisse. Pour parvenir à ce résultat, bien qu'il était déjà presque entièrement biologique, la contribution de la haute École du paysage, d'ingénierie et d'architecture de Genève et d'un travail de bachelor d'un étudiant, a permis de détecter toutes les pratiques non conformes aux exigences fixées par Bio Suisse. Le label Bourgeon pourrait être obtenu aux alentours de 2017 après une période dite de reconversion.